Now Reading
Soyez prudents, mais N’ayez pas peur
0

Soyez prudents, mais N’ayez pas peur

by admin22 juin 2015

L’île aux sentiments:

prudence et peur2Il était une fois, une île ou tous les différents sentiments vivaient :

le Bonheur, la Tristesse, le Savoir, ainsi que tous les  autres, l’Amour y compris.
Un jour on annonça aux sentiments que l’île allait couler.
Ils préparèrent donc tous leurs bateaux et partirent. Seul l’Amour resta.
L’Amour voulait rester jusqu’au dernier moment. Quand l’île fut sur le point de sombrer, l’Amour décida d’appeler à l’aide.
La Richesse passait à côté de l’Amour dans un luxueux bateau.
L’Amour lui dit, « Richesse, peux-tu m’emmener? »
« Non car il y a beaucoup d’argent et d’or sur mon bateau. Je n’ai pas  de place pour toi. »
L’Amour decida alors de demander à l’Orgueil, qui passait aussi dans un magnifique vaisseau, « Orgueil, aide-moi je t’en prie ! »
« Je ne puis t’aider, Amour. Tu es tout mouillé et tu pourrais endommager mon bateau. »
La Tristesse étant à côté, l’Amour lui demanda, « Tristesse,  laisse-moi venir avec toi. »
« Ooh… Amour, je suis tellement triste que j’ai besoin d’être  seule ! »
Le Bonheur passa aussi à coté de l’Amour, mais il était si heureux qu’il n’entendît même pas l’Amour l’appeler !
Soudain, une voix dit, « Viens Amour, je te prends avec moi. » C’était un vieillard qui avait parlé.
L’Amour se sentit si reconnaissant et plein de joie qu’il en oublia de demander son nom au vieillard. Lorsqu’ils arrivèrent sur la terre ferme, le vieillard s’en alla.
L’Amour réalisa combien il lui devait et demanda au Savoir « Qui m’a aidé ? »

« C’était le Temps » répondit le Savoir.
« Le Temps ? » s’interrogea l’Amour.
« Mais pourquoi le Temps m’a-t-il aidé ? »
Le Savoir, sourit plein de sagesse, et répondit : « C’est parce que Seul le Temps est capable de comprendre combien
l’Amour est important dans la Vie. »

l'ile au sentiment

(Histoire proposée par Christian Boucher)

Desiderata

Va, reste calme au milieu du bruit et de l’impatience et souviens-toi de la paix qui découle du silence.
Si tu le peux, mais sans renoncement, sois en bons termes avec tout le monde; dis ce que tu penses, clairement,
simplement; et écoute les autres, même les sots et les ignorants, car eux aussi ont quelque chose à dire.
Évite les gens grossiers et violents car ils ne sont que tourments pour l’esprit. Si tu te compares aux autres tu pourras devenir vaniteux ou amer; mais sache qu’ici-bas, il y aura toujours quelqu’un de plus grand ou de plus petit que toi.
Sois fier de ce que tu as fait et de ce que tu veux faire.
Aime ton métier, même s’il est humble; c’est un bien précieux en notre époque troublée.

Sois prudent dans le monde des affaires, car on pourrait te jouer de vilains tours. Mais que ceci ne te rende pas aveugle; bien des gens luttent pour un idéal et partout sur la terre on meurt pour ce que l’on croit.
Sois toi-même, surtout dans tes affections.

Fuis le cynisme en amour car il est un signe de sécheresse du cœur et de désenchantement.
Que l’âge t’apporte la sagesse et te donne la joie d’avoir des jeunes autour de toi.

Sois fort pour faire face aux malheurs de la vie; mais ne te détruis pas avec ton imagination; bien des peurs prennent naissance dans la fatigue et la solitude. Et, malgré la discipline que tu t’imposes, sois bon envers toi-même.
Tu es un enfant de l’univers, tout comme les arbres et les étoiles et tu as le droit d’être ici; et même si cela n’est pas clair en toi, tu dois être sûr que tout se passe dans l’univers comme c’est écrit. Par conséquent, sois en paix avec ton Dieu quelle que soit en toi son image, et à travers ton travail et tes aspirations, au milieu de la confusion de la vie, sois en paix avec ton âme.
Dis-toi qu’en dépit de ses faussetés, de ses ingratitudes, de ses rêves brisés, le monde est tout de même merveilleux.
Sois prudent. Et tâche d’être heureux.

Desiderata Festival 2009

(Traduction d'un texte gravé sur l'église Saint-Paul de Baltimore.)

Le Morale tiré de ces deux histoires fait le titre de notre article: « La prudence et la peur ».

Soyez prudents, mais N’ayez pas peur 

La peur est une émotion et aussi un instinct de survie  ressentie généralement en présence ou dans la perspective d’une menace. La peur est un mécanisme de survie primaire en réponse à un stimulus  spécifique, tel que la douleur ou un danger. En bref, la peur est la capacité de reconnaître le danger et de le fuir ou de le combattre. La peur devrait être distinguée de l’état d’anxiété.

Existe-t-il une typologie des peurs au travail ?

Trois catégories de peurs en milieu professionnel :

La peur du jugement social (réunion, séminaire, entretien?), peur d’être mal jugé.

La peur de l’échec, peur de ne pas réussir la tâche qui nous a été confiée.

 La peur de l’incertitude (emploi, déménagement, réorientation?). peur du flou, du changement brutal.

Comment la surmonter ?

 Accepter d’avoir peur. Ni se voiler la face, ni culpabiliser de ressentir une telle émotion. Car il faut bien comprendre qu’une émotion négative n’est pas une émotion inutile. La peur est aussi un formidable carburant pour mobiliser son énergie ou doper ses facultés mémorielles.

 Apprendre à s’exposer. Mais cette confrontation prolongée devra être contrôlée. De même, la satisfaction recueillie est souvent au-delà de celle escomptée.

 Travailler sur ses interprétations. Car on a tous tendance à se montrer trop  » catastrophiste « .

Nous ne devons pas confondre prudence et peur. Ce sont deux choses foncièrement différentes. La peur peut nous empêcher d’agir, tandis que la prudence nous oblige à réfléchir aux conséquences de nos actes. La peur n’invite pas à la réflexion, la peur paralyse et génère de l’angoisse. Elle bloque même l’intelligence, car généralement, l’esprit reste focalisé sur l’objet de sa peur. Il ne connaît plus rien d’autre que cet objet. La prudence quant à elle observe la situation et pense aux conséquences, à ce qui peut découler d’un acte, d’une circonstance, d’une opportunité ou d’un événement quelconque.

Un jeune homme se promène par un bel après-midi d’été dans une forêt non loin de chez lui. Il fait si bon qu’il ne voit pas le temps passer et il continue de marcher à la découverte de plantes plus belles les unes que les autres. Le soleil donne des luminosités tellement belles aux feuilles des arbres, que le jeune homme se laisse émouvoir par toute cette beauté naturelle qui l’environne sans se rendre compte qu’il est sorti du chemin. Quand le jour décline, l’homme commence à prendre conscience qu’il ne retrouve plus son chemin et commence à s’inquiéter. Il sait que la nuit va bientôt tomber et il doit impérativement retrouver l’endroit où il a garé sa voiture. Il a beau essayer de se repérer par rapport à un vieux tronc couché au sol qu’il lui semble reconnaître, il ne parvient pas à retrouver le chemin. Il lui semble à présent qu’il tourne en rond. Il a peur que la nuit tombe et qu’il se retrouve seul toute la nuit sans pouvoir rentrer chez lui et sans pouvoir avertir personne. Car bien qu’aujourd’hui tout le monde possède un téléphone portable, il semblerait que celui de Pierre, c’est ainsi, qu’il s’appelle n’a plus de batterie. L’inquiétude le gagne et au lieu de réfléchir à ce qu’il pourrait faire, il continue de marcher, de chercher des points de repère et d’avancer tout droit. Mais rien ne change. Le décor reste désespérément le même, c’est-à-dire, plein d’arbres, partout.

Quand la nuit est tombée, il désespère et se colle à un arbre sans plus bouger, pétrifié par la peur.

La même histoire avec la prudence donnerait à peu près ceci. Pierre sait que le samedi il sort se promener. Il avertit ces amis qu’il va seul aux bois de Fontainebleau par exemple. Quand il prépare son sac, il se munit d’une boussole et surtout, il vérifie que son portable est bien en charge. Lorsqu’il a déposé sa voiture au bord de la route, il observe le bois et le chemin qui le conduit vers l’intérieur. Il s’avance et s’assure de ne jamais s’éloigner du chemin, même s’il éprouve le besoin d’en sortir pour prendre une photo ou cueillir une fleur. Il revient toujours sur ces pas et ne quitte jamais le chemin. Quand le jour décline, Pierre n’a même pas besoin de prendre sa boussole. Il retourne sur le chemin et revient vers sa voiture. Le soir, il va retrouver ses amis et parle de sa merveilleuse promenade.
Prudence: A Novel
prudence et peur

À propos de peur et prudence:

« La prudence dans les entreprises, la fermeté dans l’exécution, et l’intrépidité dans les périls ». Chevalier de Méré

« Un homme sage en même temps qu’honnête se doit à lui-même de joindre à la pureté qui satisfait sa conscience, la prudence qui devine et prévient la calomnie ». Chamfort

« Les vieilles gens sont volontiers avares. Ils appellent cela prudence. Ils craignent que la terre leur manque. Et pourtant c’est la seule chose qui ne leur manquera pas ». Victor Hugo

« Est-ce que l’espèce humaine aurait survécu si elle n’avait pas connu la peur ? Et donc la prudence ? Et donc la ruse ? » Brigitte Aubert

« Ce n’est pas assez que d’avoir de la prudence pour réussir, il faut aussi du bonheur pour réussir ». Chevalier de Méré

« La prudence n’est qu’une qualité : il ne faut pas en faire une vertu ». Jules Renard

« L’éducation doit porter sur deux bases, la morale et la prudence : la morale, pour appuyer la vertu ; la prudence, pour vous défendre contre les vices d’autrui ». Chamfort

Le Guide Best-seller De La Persuasion Et De L’influence. Toutes Les Techniques Pour Influencer Les Autres Tout En Restant Honnête. Taux De Remboursement Très Bas Et Excellente Conversion Pour Ce Guide Pratique. Outils / Articles Promo Dans Le Spotlight. Click Here!

About The Author
admin

Leave a Response